La musique de 2018, Pt. I : Dans les tops

Publié le par Eva Pigeon

Bonne année !

Comme d'habitude, timing discutable mais acceptable à mes yeux, parlons un peu de la musique que j'ai écoutée ou dont on a beaucoup parlé l'année dernière !

Un premier article qui reflète plutôt bien mon année musicale 2018 : je n'ai pas écouté la même chose que les critiques mais j'ai trouvé mon bonheur, bien que ce ne soit pas là où je m'y attendais.

La musique de 2018, Pt. I : Dans les tops

Mon premier article-bilan est généralement consacré aux albums des tops, c'est-à-dire ceux dont j'ai beaucoup vu parler dans la presse musicale, qui ont été classés parmi les meilleurs de l'année passée, et dont j'ai écouté au moins une partie. Mais pour la première fois, j'ai l'impression de n'avoir pas écouté grand chose de ce qui a été les albums préférés des critiques en 2018. Ce sera donc une partie plus courte que d'habitude (et une sélection personnelle peut-être plus exhaustive ensuite).

J'ai jeté un oeil aux classements des magazines ont je suis régulièrement les publications musique, entre autres Pitchfork, NME ou les Inrocks, ainsi que le bien utile résumé proposé sur albumoftheyear.org.

Bilan rapide et peu documenté

Quelques albums de rock bien rock dans les 20 premiers du classement AOTY, avec le deuxième des Anglais IDLES, Joy As An Act Of Resistance, en première place, mais également Parquets Courts en 6ème place ou de Car Seat Headrest en 18ème. Des groupes qui sur le papier pourraient me plaire mais auxquels je ne suis pas parvenue à accrocher, même après avoir écouté les albums du premier et avoir vu les deux autres en festival. 

On retrouve ces groupes dans les tops des Inrocks et de NME, mais pas du tout dans celui de Pitchfork, qui liste en commun avec les autres des artistes que je connais surtout de nom, ou dans des styles que je n'écoute que peu (Robyn, Rosalia, Pusha-T, Cardi B, Kacey Musgroves...). J'ai été surprise de voir Christine and The Queens apparaitre plusieurs fois en France comme dans les pays anglophones (3ème sur AOTY !). Pour les Inrocks, c'est cependant le Français Flavien Berger qui a sorti le meilleur album de 2018, alors que NME reste chauvin avec The 1975 - je n'ai jamais écouté ni l'un ni les autres, mais je passe peut-être à côté de quelque chose..? J'ai également relevé la présence répétée de Mitski, artiste indie rock américaine dont j'irai sûrement bientôt écouter l'album.

Quelques noms connus tout de même

J'ai tout de même réussi à trouver parmi ces tops quelques noms familiers, dont j'avais mis les sorties sur ma liste d'albums attendus en 2019.

Arctic Monkeys - Tranquility Base Hotel & Casino

Les Arctic Monkeys d'abord, 2èmes pour NME et pour les Inrocks, qui sont revenus en 2019 avec leur sixième album Tranquility Base Hotel & Casino. Sa présence parmi les préférés de NME n'aura fait sourciller personne, tant le magazine exprime son amour pour ce groupe au point de sembler s'amuser à l'avance des commentaires qui se plaindront de leur manque d'objectivité. Mais les Inrocks les suivent et ont apprécié ce retour du groupe avec un album au style très différent de ce qu'ils avaient fait jusqu'alors.

Les Arctic Monkeys ont constamment fait évoluer leur son depuis leurs premiers morceaux. Mais si j'avais été emballée par AM et ses sonorités plutôt inspirées du hip-hop, du R'n'B et de rock plus glamour, j'ai été personnellement moins convaincue par cette nouvelle direction. Les envies d'expérimentation d'Alex Turner y ressortent particulièrement, et c'est dans une veine très vintage qu'il s'est beaucoup essayé au piano et joue plus que jamais de sa voix en mode crooner dans un univers plutôt cinématographique. J'ai apprécié l'univers visuel des clips aux référence Kubrick et cette fantastique pochette du 45 tours de leur single éponyme, mais l'album lui-même m'a un peu laissée sur ma faim.

Après avoir attendu cinq ans (c'est un peu long) le retour d'un groupe pour lequel tout mon entourage connait mon affection, je n'ai pas été aussi enthousiasmée que je l'aurais espéré. Tranquility Base Hotel and Casino est à mes yeux un bon album, mais manque un peu de relief. J'ai adoré leur premier single "Four Out Of Five" dès la première écoute. "Star Treatment" est une très bonne chanson d'ouverture avec tout ce qu'on aime des paroles d'Alex Turner ("So who you'e gonna call, the Martini Police?"), un rythme inhabituel, une mélodie au clavier bien trouvée. Les ascensions de "American Sports", les arrangements de "Batphone" sont très réussis dans ce nouveau style plus dramatique "moquette 70's dans les couloirs d'un hôtel chic et désuet".

Malgré cela, mon sentiment reste qu'en faisant différent, le groupe est resté un peu trop proche de choses déjà entendues notamment du côté des Last Shadow Puppets : la martèlement "She Looks Like Fun" m'a fait penser, entre autres, à "Only The Truth", le final "The Ultracheese" est dans l'esprit de leur reprise de "Is This What You Wanted", et bien que j'aime beaucoup les Last Shadow Puppets, je pense que Turner est meilleur dans ce registre avec Miles Kane qu'avec les Arctic Monkeys. Alors que c'était sans doute l'album que j'attendais le plus en 2018, ce n'est finalement pas lui qui a le plus ravi mon coeur - spoilers ci-dessous.

MGMT - Little Dark Age

J'ai été en revanche étonnée de ne trouver Little Dark Age que parmi les albums préférés des Inrocks (4èmes chez eux), mais pas même dans le top 20 d'Album Of The Year. Il fait pourtant partie des albums sortis en 2018 que j'ai préférés, c'est peut-être même mon #1 personnel.

Je n'ai jamais spécialement suivi de près la carrière de MGMT. J'avais beaucoup aimé Oracular Spectacular à sa sortie, au-delà évidemment des tubes qu'on été ses singles, mais MGMT n'étant pas pour autant devenu mon groupe préféré dans une période où j'écoutais encore beaucoup de groupes pop punk so 2000's tels que Panic! At The Disco (de rien), j'avais un peu décroché. J'ai sûrement écouté Congratulations une ou deux fois, mais je ne sais pas comment je me suis retrouvée à écouter Little Dark Age, dès sa sortie en février.

Grand bien m'en prit cependant, puisque j'ai été très agréablement surprise et enthousiasmée par un album de rock psychédélique intéressant, créatif et cohérent sans jamais être monotone. Franchement traversé par quelques inspirations 80's, en témoigne le premier clip sorti par le groupe, il l'est aussi par un certain humour, un décalage qui laisse l'impression que le groupe s'amuse à composer ce qu'il compose et à juxtaposer ce qu'il juxtapose. "Little Dark Age" est un premier single obsédant, "Me and Michael" entre dans la tête beaucoup plus facilement qu'elle n'en sort et donne envie de danser n'importe comment, la structure fusée de "When You Die" est des plus efficaces et en écho, la lenteur de "When You're Small" amène très facilement vers un final et flottant "Hand It Over" dans un esprit Tame Impala très plaisant.

Je conclus ici cette première partie de mon bilan musical 2018, avec donc un coup de coeur que je n'ai pas rencontré là où j'aurais pensé le trouver. La seconde partie de cet article ira aussi dans ce sens, suspense, suspense !

Partager cet article

Repost0