La musique en 2017, Pt. II : D'autres albums au top

Publié le par Eva Pigeon

Pour faire suite à mon article qui faisait le bilan de la meilleurs musique sortie en 2017 d'après les journalistes, j'aimerais parler un peu plus des albums que j'ai personnellement préférés, même s'ils ne faisaient généralement pas partie des tops de fin d'année. Petite sélection.

Mac DeMarco - This Old Dog

 

Souvent mentionné dans la presse spécialisée, mais pas tant que ça dans les tops finaux de l’année, le quatrième album de Mac DeMarco a pourtant fait partie des moments de douceur de 2017. This Old Dog est sorti deux ans après l’EP Another One qui laissait entrevoir alors une tendance plus acoustique. C’est entre autres ce qui différencie l’album des précédents : le côté chill de Mac est toujours présent, mais s’habille plus souvent de guitares acoustiques que des guitares électriques en plastique familières - qui se mélangent cependant dans le joli “Still Beating”. 

Les deux premiers titres, “My Old Man” et “This Old Dog”, représentent la nouvelle tendance mais montrent aussi d’emblée que le ton de ce nouvel album sera plus personnel, peut-être plus angoissé. Mac évoque son père absent dans son premier morceau “My Old Man” et clôt le voyage avec “Watching Him Fade Away”.

Mais This Old Dog n’est pas un album acoustique pour autant, et on retrouve sur plusieurs morceaux les synthés de l’espace que l’on avait déjà pu entendre dans “Chamber of Reflexion” par exemple. Ici, Mac en fait un usage plus fréquent, dans le nébuleux “For The First Time” ou tout au long de “On The Level”, construit autour de ces phrases de claviers un peu kitsch. Il expérimente aussi de nouvelles structures, notamment sur “Moonlight On The River”, qui ressort particulièrement. Avec un morceau deux fois plus long que d’habitude, le Canadien débute une chanson nocturne, calme et acoustique, qui s’élève à la fin vers la lune avec plus de trois minutes d’envolée instrumentale aux tendances psychédéliques. Sans prendre un nouveau chemin radical, Mac dévoile avec cet album de nouvelles facettes de ses qualités de composition et nous baigne dans une atmosphère différente, mais réellement agréable.

Phoenix - Ti Amo

 

En sortant leur sixième album à l'aube de l'été, Phoenix n'aurait pas pu tomber plus juste. Avec dix morceaux pleins d'amour et de soleil, Ti Amo a fait partie de mes coups de coeur de 2017. J'avais aimé Bankrupt!, sorti en 2013, et les albums précédents du groupe, mais Ti Amo est le premier que j'ai écouté en boucle à sa sortie. Il commence par des titres accrocheurs ("J-Boy" et "Ti Amo"), mais c'est au coeur puis à la toute fin de l'album que l'on trouve pour moi les meilleurs morceaux : j'ai déjà parlé de mon titre préféré "Fior Di Latte" et de son mélange de pop et de sensualité, "Goodbye Soleil" est tout aussi entêtant. Ti Amo est disque coloré et étincelant où les claviers, guitares et mélodies se répondent parfaitement pour refléter ce que le groupe a appelé leur vision fantasmée de l'Italie, clôt par le très beau "Telefono", chanson d'amour sur la distance entre la France, l'Italie et les États-Unis.

King Gizzard and the Lizard Wizard

 

Un peu difficile de parler de l'album de King Gizzard and the Lizard Wizard en 2017 puisque le groupe en a en fait sorti...cinq. Pourquoi se priver quand on peut expérimenter. J'avoue ne pas les avoir tous écoutés attentivement, mais comment ne pas parlé d'un groupe aussi prolifique tout en restant qualitatif ?

 

Sorti en février 2017, Flying Microntonal Banana était déjà le neuvième album des Australiens et annonçait une série d'expérimentations qui a débuté avec neuf morceaux construits sur un accordage en quart de ton. Cette caractéristique incompréhensible mise à part, je crois que c'est mon album préféré du groupe. Leur rock psyché survolté y prend des formes diverses et passe naturellement de l'une à l'autre : le surexcité "Rattlesnake" donne d'emblée le ton d'un groupe qui sait épuiser son public en concert, mais on trouve aussi au milieu de la tracklist "Billabong Valley", un break très intéressante, notamment parce que c'est cette fois Ambrose Kenny-Smith qui y chante sur un tempo ralenti.

À travers le reste de la discographie 2017 de King Gizzard, on traverse un concept album aux tonalités à la fois plus garage et plus inquiétantes (Murder of the Universe), un troisième volet surprenant car complètement jazz (Sketches of Brunswick East), Polygondwanaland, sorti dans le domaine public et sans copies physiques, et enfin Gumboot Soup, sorti le 31 décembre pour conclure l'année - le seul que je n'ai pas encore écouté. C'est assez fou de penser qu'un groupe parvient à renouveler et travailler son processus créatif si intensément que cinq albums aux couleurs différentes en résultent en l'espace d'un an seulement. Si l'on ajoute à ça la qualité de leurs performances sur scène, on parle forcément de l'un des groupes psyché enthousiasmants du moment.

Declan McKenna - What Do You Think About The Car?

 

Un album auquel j'avais consacré un article complet quelques temps après sa sortie. Un résumé tout de même :

Une pop indé comme je l'aime, des textes personnels et engagés et un sens imparable de la mélodie ; What Do You Think About The Car? est un album plein d'énergie, d'intelligence et de personnalité, qui oscille entre thèmes politiques et sociaux et ceux, plus personnels, d'une jeunesse qui cherche à se faire sa place. Declan parvient à accrocher l'oreille et joue constamment entre ses messages, ses mélodies pop et ses instrumentales sur un très bon premier album.

Pond - The Weather

 

The Weather est aussi un album auquel j'ai consacré un article suite à sa sortie, après une première écoute qui m'avait immédiatement convaincue. Petit résumé de l'article :

Si la tendance est aujourd'hui à la reconversion électro-pop dansante de nombreux artistes, au risque souvent de plonger dans un easy-listening sympathique mais peu intéressant, Pond a parfaitement mis a profit des expérimentations au synthé à travers les dix morceaux de The Weather. D'un début sérieux et des titres aux influences surprenantes où le groupe se réapproprie la pop des années 1980, de leur nostalgie à une kermesse garage psyché, Pond alterne entre danse et gravité, instruments divers et punchlines d'un autre univers sans jamais s'égarer. 

2017 aura décidément été une bien belle année musicale, mais 2018 promet tout autant. Elle a déjà démarré sur les chapeaux de roues avec le nouvel album de MGMT, mais ceux de Franz Ferdinand ou encore Feu! Chatterton et Jack White (sur ma liste d'écoute) sont aussi disponibles, pour ne mentionner que ceux-ci. Les Arctic Monkeys ont enfin annoncé un nouvel album qui devrait sortir en mai tandis que Miles Kane a programmé une tournée suspecte au Royaume-Uni. Grand Blanc, Beach House et HER reviennent également, et je soupçonne Drenge de mijoter quelque chose... J'ai vraiment très très hâte.

Publié dans Musique, Best of the year

Partager cet article

Repost0