"Dec, What Do You Think About The Car?" (Declan McKenna)

Publié le par Eva Pigeon

S'il y a un bon exemple d'album que j'attendais depuis vraiment longtemps et d'un artiste dont j'ai parlé autant que j'ai pu en attendant, c'est celui-ci. De la même manière que j'avais spammé mes amis Facebook avec Hudson Taylor il y a quelques années, j'ai attentivement suivi chaque sortie de single de Declan McKenna pour les relayer partout où j'en avais l'occasion depuis deux ans. Et enfin, le 21 juillet, j'ai pu écouter What Do You Think About The Car ! Merci Declan.

"Dec, What Do You Think About The Car?" (Declan McKenna)

What Do You Think About The Car? débute avec une petite séquence audio tirée de la vidéo d'enfance qui a inspiré Declan pour le titre de son album et où, à quatre ans, il explique qu'il va chanter son premier album. Il n'a aujourd'hui que 18 ans, mais tous les critiques se sont déjà tellement étalés sur son jeune âge que mon caractère anticonformiste a décidé de ne pas l'évoquer au-delà de cette phrase.

Cette introduction est suivie par le single "Humongous", sorti quelques semaines en amont de l'album. Parmi mes titres préférés de l'album, il résume parfaitement la capacité de Declan à créer des mélodies implacables et des refrains que je me vois déjà chanter (crier) avec le reste de la foule quand j'irai le revoir sur scène. La chanson traite de sentiments personnels mais, bien sûr, universels, et se termine dans une dernière partie au rythme accéléré et saccadé, qui libère toute l'énergie dont on pourrait être capable.

Declan McKenna for Dork Magazine
Photo : Poppy Marriott

"Humongous" est suivie par "Brazil", premier single qui a permis à Declan de se faire connaitre il y a deux ans et, au bout du compte, de signer chez une maison de disques. Ici encore, malgré une structure plutôt classique couplets-refrains-pont-refrain, il montre à quel point il parvient à accrocher l'oreille avec ses mélodies et en profite pour énoncer une critique peu explicite mais bien réelle de la FIFA. On retrouvera ce regard critique sur des thèmes variés à travers tout l'album, de l'industrie du sport donc à l'hypocrisie de la religion dans le très bon "Bethlehem", en passant bien sûr par celle des responsables politiques et des médias qui les soutiennent, dénoncés dans "I Am Everyone Else". "Listen To Your Friends", dernier morceau de l'album, est également très ancré dans l'actualité politique du Royaume-Uni avec son intermission parlée.

Ce premier album oscille ainsi entre une expression politique et sociale et celle, sentimentale, d'une jeunesse qui cherche à se faire sa place. "The Kids Don't Wanna Come Home" prend les dimensions d'un hymne contre le peu de considération accordée aux opinions et aux états d'âme des jeunes, mais aussi une ampleur pleine d'espoir - "they're gonna be just fine". Le message de Declan est appuyé avec sincérité par les témoignages recueillis au début du clip, et son optimisme confirmé sur la version studio par les cris et les jeux de l'un des enfants choriste sur le morceau.

Declan McKenna for The Last Magazine
Photo : Sloan Laurits

C'est d'ailleurs un mélange assez caractéristique, ce jeu entre un message critique porté par des mélodies pop et des instruments légers. J'ai récemment vu une critique de cet album qui y entendait des influences de Vampire Weekend : je n'y avais personnellement pas pensé, mais il est vrai que l'espèce de clavecin électronique utilisé sur "Isombard", par exemple, donne tout à fait cet effet sautillant très présent sur les premiers albums des New-Yorkais.

Les phrases sonores sur le refrain de "Mind" et en introduction de "Why Do You Feel So Down" portent elles aussi ce côté playful que l'on connait bien chez des groupes comme Vampire Weekend. Declan a dit de ces deux chansons qu'elles reflétaient la confusion personnelle qu'il ressentait alors qu'il n'avait que 16 ans. Si "Mind" n'est pas le meilleur titre de l'album, "Why Do You Feel So Down" est l'une de mes préférées, avec un refrain pop incroyablement accrocheur.

Mais What Do You Think About The Car recèle aussi quelques morceaux aux sonorités plus gravesDes accords au piano et une guitare acoustique plus présente accompagnent l'amour non réciproque raconté dans "Make Me Your Queen". Dans un style différent, le joli single "Paracetamol" utilise de longs accords et des trémolos d'un synthétiseur pour évoquer sur la fin de l'album le mal-être des jeunes queer, parfois poussé jusqu'au pire.

Declan McKenna for DIY Magazine
Photo : Emma Swann

Après de nombreuses écoutes, je le confirme, What Do You Think About The Car fait définitivement partie de mes coups de coeur de ces derniers mois, l'un de ces albums qui m'ont mise de bonne humeur cet été (avec celui de Phoenix), plein d'énergie, d'intelligence et de personnalité. Je suis sûre qu'il présage de nombreux (et tout aussi bons) successeurs. Il est en tout cas à la hauteur de mes attentes et je suis très impatiente de retourner voir Declan sur scène en octobre !

Publié dans Musique, Albums