Quelques idées de lecture

Publié le par Eva Pigeon

Cela fait déjà quelques temps que j'ai recommencé à lire plus régulièrement, surtout en mettant à profit le temps que je passe désormais dans les transports en commun.

Après un période de lecture un peu plus "difficile", où je n'ai notamment pas réussi à finir certains livres - chose qui ne m'était jamais arrivée, à part pour un certain ouvrage indigeste au programme d'un concours -  j'ai eu ces derniers mois l'occasion de lire plusieurs romans qui m'ont beaucoup plu. J'aimerais donc vous parler un peu : un petit échange avec vous qui vous donnera peut-être des idées si vous êtes en quête de nouvelles lectures.

Quelques idées de lecture

L'ordre que j'ai choisi est celui dans lequel j'ai lu ces trois romans, mais mon préféré est sans aucun doute le dernier.

Haruki Murakami et Au Sud De La Frontière, À L'Ouest Du Soleil

Je me rends compte en commençant ici que je n'avais jamais lu autre chose que de la littérature occidentale avant d'ouvrir ce livre que l'on m'a offert pour mon anniversaire !

On peut dire de Au Sud De La Frontière, À L'Ouest Du Soleil que c'est un roman d'apprentissage, caractéristique apparemment fréquente dans l'oeuvre de Murakami. Ce sont d'abord l'enfance puis l'adolescence de Hajime qui sont racontées à la première personne, entre disques de jazz et premières amours d'un garçon plutôt solitaire dans une ville de province. Séparé de sa petite amie lorsqu'il déménage à Tokyo pour ses études, il devient ensuite un trentenaire marié, père et installé, propriétaire d'un club de jazz. L'irruption étrange d'un amour disparu dans son quotidien apporte dans son sillage des zones d'ombre ou de flou intriguantes.

On se laisse entraîner dans les rêveries adolescentes comme dans le besoin irrésistible de renouer avec celle que Hajime croyait appartenir au passé. Le récit exerce sur nous la même fascination qu'elle sur lui, mêlant des ambiances parfois paisibles, parfois douloureuses. Des liens se tissent entre les mots, les images et la musique, dans un mélange doux-amer de ce que peut être la perception d'une vie, surtout lorsqu'elle est perturbée par des événements à la frontière entre le réel et l'impossible, le rêve éveillé et le souvenir.

C'est un style de narration, d'histoire et d'atmosphère que j'ai retrouvé dans un autre roman de Murakami que j'ai lu par la suite, Les Amants Du Spoutnik : un jeune homme, des amours contrariées, des jeunes femmes mystérieuses et des événements inexplicables. Nous verrons si j'ai un jour le courage de me lancer dans 1Q84.

Funny Girl de Nick Hornby

Encore un cadeau d'anniversaire, mais de l'année suivante! Barbara est la "Funny Girl" : très jeune, elle décide de fuir sa petite ville natale et ses concours de beauté pour Londres avec un plan bien précis en tête, celui de devenir la comédienne qui fera rire tout le monde à la télévision. À la fois déterminée, impressionnée et surtout pleine d'un sarcasme irrésistible, sa rencontre avec ses idoles radiophoniques lui permet de mettre un pied sur les plateaux de la BBC.

Sont ainsi dévoilés les coulisses des feuilletons à succès emblématiques de l'Angleterre des années soixante, à travers le récit d'un succès, mais aussi des pannes d'inspiration, des problèmes de couples, de l'âpreté du milieu des médias et artistes aux prémisses de la culture pop. En jouant avec les points de vue internes, Nick Hornby nous entraîne dans la tourmente de cette équipe d'acteurs et de scénaristes en la ponctuant de remarques et de réflexions pleines d'une ironie qui fait sourire bien plus d'une fois.

Si Funny Girl se teinte par moments de mélancolie, c'est surtout un roman drôle et prenant, l'ascension de Sophie dans un milieu à dépoussiérer, et de Barbara (et Jim), une série que l'on aurait bien aimé pouvoir regarder.

L'Attrape-Coeurs (The Catcher In The Rye) de J. D. Salinger

Mon préféré comme je l'ai dit plus haut - le meilleur pour la fin. Il était sur ma liste depuis plusieurs années suite à des conseils avisés, et je l'ai lu très rapidement il y a peu.

L'Attrape-Coeurs est le récit à la première personne (décidément) de Holden Caulfield, un lycéen américain qui, après avoir été encore renvoyé de son établissement, se lance dans une errance plus ou moins solitaire avant de retourner chez ses parents et de leur annoncer cette nouvelle. Il quitte d'abord son lycée, sa pension, de vieux professeurs à côté de la plaque et des camarades qu'il n'a jamais vraiment pu supporter. S'ensuivent des déambulations dans les rues de New-York.

Au cours de ces quelques jours et nuits des années 1950, on plonge dans les pensées d'un garçon taciturne qui, bien qu'il s'agace et déteste beaucoup de choses chez beaucoup de gens, ne supporte pas vraiment d'être seul. Entre souvenirs et moments de "cafard", coups de téléphone et rendez-vous avec des connaissances hétéroclites, Holden déambule dans des lieux plus ou moins recommandables et fait des rencontres singulières et souvent inattendues. 

Malgré la mélancolie qui traverse le roman, la manière franche mais spirituelle dont sont exprimées ses réflexions les rend parfois amusantes. Ses critiques agacées, ses questionnements sur ce que sont les gens, ses réactions spontanées, son affection bourrue pour ses frères et soeurs font de Holden Caulfield un personnage d'une sincérité émouvante.

Je ne peux que conseiller. Je prévois personnellement de relire L'Attrape-Coeurs un jour, honneur jusqu'ici réservé à Orgueil et Préjugés et bien sûr à la série des Harry Potter.

Publié dans Littérature

Commenter cet article